Le portail divination et voyance | Unicorne.comARTS DIVINATOIRES UNICORNE
Unicorne > Grimoire > H
Lettre H - Grimoire des Mancies et des Arts divinatoires
Guide divination et pratiques divinatoires pour obtenir un oracle
 
Arts Divinatoires
H • GRIMOIRE Mancies, Arts divinatoires et Magie
Prédire soi-même son avenir via les pratiques divinatoires...
Voici la lettre « H ». Venez découvrir la divination par les jours fastes et les jours néfastes, le sel, le cheval, la sueur et la transpiration, les astres au moment de la naissance, l'eau et les objets plongés dans l'eau, les rêves pendant le sommeil, etc.
Unicorne
Unicorne Stars

Des questions côté Amour, Argent, Travail, Santé, Souci?   
... Arts divinatoires   Tirage Gratuit   Tarot Divinatoire   
Tarot de Marseille   Cartomancie Gratuite   Tirage du Jour   
Astrologie   Voyance  Tirage en ligne    Tirage A La Carte ...   




Grimoire des Mancies
Page Suivante...

I - J
Lettres I et J
Iatromancie, latromancie, ichnomancie, ichthyomancie, idolomancie, incubation, iridologie, iridodiagnosis, isopséphie



Apprendre à Lire les Feuilles de Thé
Consultez notre Guide pour apprendre à faire la Lecture des Feuilles de Thé... Une mancie amusante et surpre­nan­te appelée thédomancie ou tasséomancie.
feuilles de thé



Tirages A La Carte
Des Tirages Divinatoires Exclusifs à Unicorne!
TAROT DE MARSEILLE
Tirage de tarot
Coupe
Diamant
Tirage de tarot
Croix
Celtique
Tirage de tarot
Fer à
Cheval
Tirage de tarot
Croisée
Chemins
Tirage de tarot
Roue
Astro
Tirage de tarot
Meilleur
Choix
Tirage de tarot
Quête
Vérité
Tirage de tarot
Tirage
en Croix
Tirage de tarot
Tirage
Relation



A   B   C1   C2   D   E   F   G   H   I-J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V-W-X-Y   Z   |   FEUILLES de THÉ

H

Halomancie ou alomancie - De l'ancient grec hals, sel; et du nouveau latin halo, sel.
Divination par le sel, qu'on pratique en interprétant les formes qui sont crées après que du sel soit jeté sur une surface plate; ou en jetant du sel dans des flammes et en observant la nature des flammes, leur couleur, leur vitesse, leur direction et leurs crépitements: tout ça permettant au devin de tirer des pronostics. Cette mancie se pratique de la même manière que la divination par le froment ou l'orge.

Le devin peut aussi interpréter des formes créées par les résidus d'une solution saline, après que l'eau se soit évaporée du bol. Une autre façon de pratiquer cette mancie, consiste à utiliser du gros sel; puis de prendre l'équivalent d'une grosse poignée de sel et le jeter sur une plaque de cuisson, réchauffée par un feu assez élevé. Le sel crépitera bientôt. S'il crépite longtemps et que le bruit est fort, la réponse à votre questionnement est affirmative; s'il crépite faiblement et pendant peu de temps, c'est l'inverse.

Rappelons que le sel, pour les anciens, était le symbole de l'amitié. D'ailleurs, autour d'une table, les amis avaient accoutumé de s'en servir les uns aux autres au commencement du repas; alors si quelqu'un en renversait, on en vint à penser que c'était le signe d'une quelconque brouille future. Et c'est ainsi que le fait de renverser du sel, devint présage de rupture entre amis. Et voilà pourquoi on trouvait important de conjurer le sort, en lançant une pincée de sel par-dessus son épaule pour tromper les mauvais génies ou démons. En ces temps anciens, le sel était aussi considéré comme symbole de réconciliation des hommes avec Dieu; et c'est pourquoi l'on faisait usage de sel lors des sacrifices, pour s'assurer d'établir une bonne communication. Cette mancie, l'halomancie, est aussi nommée alomancie.

Haruspicine ou aruspicine - Du grec khorde, intestins; du latin hernia, rupture + hira, entrailles + spic, inspecter; pour “prédire en examinant les entrailles des victimes”.
Divination pratiquée par les aruspices — aussi nommés haruspices; soit, des prêtres devins —, via l'inspection des entrailles des animaux abattus lors de sacrifices. Cette mancie réalisée via les entrailles d’animaux sacrifiés comprenait deux parties, selon le type d’organe examiné; soit l’hépatoscopie (examen du foie) et l’extispicine (examen des viscères). D'origine babylonienne, l’hépastoscopie fut pratiquée par les prêtres chaldéens, grecs, et romains; et ne prenait en compte que le foie, organe considéré noble puisque siège des émotions aux yeux des peuples de la haute Antiquité.

Aruspicine Puis d'origine essentiellement étrusque, l'extispicine fut une mancie pratiquée ensuite par les prêtres romains; pour deviner, on utilisait les entrailles au complet (ou exta): soit le cœur, l’estomac, les poumons, la rate et les reins. L'haruspicine, une véritable institution sanguinaire, fut pratiquée pendant des siècles dans l’empire romain par les haruspices (aruspices) — nommés aussi par les chrétiens, devins du paganisme —; et fut enfin condamnée le 27 février 391 par un édit formel proscrivant tout acte d'adoration quelconque envers les anciens dieux, émis par le chrétien Théodose; édit qui incluait tous les autres sacrifices du culte hellénique (rites de religion polythéiste, considérés païens).

En fait, les aruspices, ces prêtres devins, prédisaient de diverses façons:
• par la simple inspection de victimes vivantes;
• par l'état de leurs entrailles après qu'elles étaient ouvertes;
• par la flamme qui s'élevait de leurs chairs ou de leurs entrailles brûlées.

Donc, les haruspices romains avait quatre fonctions distinctes: examiner l'animal avant qu'il ne soit ouvert; examiner les entrailles; observer la flamme du feu sacrificiel; et examiner la viande et les boissons offertes pendant le sacrifice. Divers présages pouvaient être tirés. Ainsi la victime — l'animal à sacrifier —, s'il fallait l'amener avec violence ou si elle réussissait à s'échapper de l'autel, donnait de ce fait des présages sinistres. Puis le coeur maigre, ou le foie double ou enveloppé d'une double tunique, et surtout l'absence du coeur ou du foie, annonçaient toujours de grands maux. C'était encore un fort mauvais signe quand la flamme ne s'élevait pas avec force et n'était pas transparente et pure; et si la queue de la bête se courbait en brûlant, elle menaçait de grandes difficultés dans les affaires. Toutefois, tout porte à croire que certains aruspices étaient habiles dans l'art d'escamoter: car le cœur manqua aux deux bœufs immolés le jour où l'on assassina César.

Voici quelques exemples quant à la façon de procéder à la lecture des entrailles; procédure fort supersticieuse, qui est restée essentiellement la même pendant un millier d'années — (Source: Dreaming the Future: The Fantastic Story of Prediction):

Ainsi, lorsque le baru examinait les entrailles d'animaux sacrifiés, il commençait d'habitude par le foie, en prenant les pièces à examiner dans l'ordre inverse des aiguilles d'une horloge, partant du début du lobe gauche. Ensuite viennent les poumons, le sternum, l'estomac, les vertèbres, la rate, le pancréas, le coeur, les reins et les intestins. Puis souvent, on sacrifiait un deuxième animal, pour corroborer les résultats obtenus par le premier; soit une sorte de “contrôle de cohérence”.

LES SIGNES DIVINATOIRES DE L'HARUSPICE
• Une ride en forme de croix, située dans une section particulière, indique qu'un personnage important va tuer son maître.
• Deux rides trouvées dans une autre section, indiquent que le voyageur va atteindre son objectif.
• Si l'on trouve deux lignes ressemblant à des doigts sur le côté droit du foie, c'est que deux personnes importantes se rivalisent pour le pouvoir.
• Si les deux poumons montrent une rougeur, c'est qu'il il y aura un incendie.

• Si la vésicule biliaire est enfermée dans la graisse, il y aura une température froide.
• Si le diaphragme se cramponne, il y aura soutien divin.
Voir aussi hématomancie, hépatomancie, extispicine.

Hématomancie ou haematomancie, hémocritie - Du grec haimato et haima, sang; et krisis, jugement.
Divination par l'interprétation du sang. Aux temps anciens, par l'inspection du sang des victimes de sacrifice. Pratiquée surtout par les Chaldéens, les Grecs et les Etrusques, parfois aussi combinée avec l'haruspicine, cette mancie avait pour objet d'interpréter les figures et les dessins que formait sur le sol ou sur un linge, le sang d'un animal ou d'un être humain sacrifié. Et alors que toutes vêtues de blanc, des prêtresses prédisaient aussi l’issue des campagnes militaires, en observant et en interprétant la manière dont s’écoulait le sang de prisonniers qu'on égorgeait au-dessus d’un chaudron. Ensuite, les cadavres des victimes sacrifiées étaient découpés et leurs entrailles soigneusement examinées.

Heureusement qu'au IVe millénaire, soit le 27 février 391, quelqu'un intervint pour qu'enfin cesse cette barbarie. Ce jour-là, un édit formel fut émis par le chrétien Théodose à Rome, qui condamna tous les autres sacrifices du culte hellénique: « Que personne ne souille par des sacrifices, n’immole d’innocentes victimes, ne pénètre dans les temples, ne défende les simulacres faits par les hommes, de peur de devenir coupable aux yeux de la loi divine humaine. » Toutefois et en dépit d'une rigoureuse répression, il est cité dans la littérature qu'en l'an 717 des habitants de Pergame — une ancienne ville d'Asie Mineure, en Mysie, nommée de nos jours Bergama et située en Turquie —, étant alors assiégés par les Sarrasins, ouvrirent le ventre d’une femme enceinte ainsi que celui de son enfant, pour se livrer à la divination par les entrailles et par le sang.

Hémérologie divinatoire - Du latin hemeresios, “qui se fait en un seul jour”.
Divination qui se base sur l'astrologie et qui consiste à établir un calendrier — un instrument astro-calendrique, s'appuyant sur des spéculations cosmologiques et calendérologiques — par lequel selon les astres — soit, les qualités des planètes —, on détermine les jours fastes et les jours néfastes. Ceci, attendu que chaque jour a son astre, qui le domine; ainsi que son caractère, conféré par cet astre.

L'astrologue fixe ainsi les jours où il est préférable de passer à l'action et les jours où il vaut mieux y renoncer; ce calendrier étant couplé avec une liste des choses pouvant être entreprises avec succès, tel ou tel jour; et celles des choses auxquelles on doit renoncer d'entreprendre, tel ou tel jour. Les jours du mois étaient donc énumérés comme étant “bon” ou “mauvais”, pour telle ou telle chose. Voir un exemple du document “Le Livre des Jours Néfastes” écrit par Daniel le Prophète (Source: Les Livres de Divination Traduits sur un Manuscrit Turc Inédit, traduit par Jean Nicolaides (1889), sur “The Ancient Library”.

Hémocritie - Voir hématomancie.

Hépatomancie - Du grec hêpar ou hepatos, foie.
Divination par l'examen du foie pratiqué dans l'extispicine, d'un animal ou d'un oiseau sacrifié, et dont on tirait des présages. Dans la haute Antiquité, le foie était considéré comme un organe fort noble, puisqu'y siégeaient les émotions et les sentiments. Ainsi, les haruspices Babyloniens — des prêtres devins qu'on appelait les bârû — pratiquaient l’hépatoscopie sur le foie des moutons; attendu que dans cette mancie, le foie donnait un indice pour l’interprétation, émise par le prêtre qui distait-on, n’était que l’interprète de la volonté divine; alors que c’est le dieu invoqué qui s’exprimait par intermédiaire du foie.

Puis chez les Etrusques, le foie était considéré comme étant en quelque sorte la réduction du cosmos, où s’inscrivait en symboles la volonté des dieux. D'ailleurs, sur un foie de bronze étrusque trouvé à Plaisance, on découvre inscrits sur une face les noms de la Lune et du Soleil alors que sur l’autre face, apparaît un quadrillage fermé où sont écrits les noms de quarante dieux.

L'haruspice pouvait ainsi interpréter une anomalie et en jugeant en fonction de sa localisation, indiquer le nom de la divinité qui envoyaient le présage de même que le motif. Par ailleurs, chez les Romains, la science des haruspices — nommée aruspicina — englobait à la fois l’hépatoscopie (examen du foie) et l’extispicine (examen des viscères): afin d'y découvrir des messages divinatoires ou prémonitoires.

Hépatoscopie - Voir hépatomancie.

Hidromancie ou idromancie - De l'ancient grec hidrõs ou idrõs, sueur.
Divination par la sueur et la transpiration. Le terme hidromancie est parfois confondu et/ou utilisé comme une variante du terme hydromancie (divination par l'eau) qui lui, trouve plutôt sa racine éthymologique dans l'ancien grec hûdór, eau.

Hiéromancie - De hieros, sacré.
Divination par les offrandes aux dieux, par le moyen des objets offerts aux dieux. Voir haruspicine.

Hiéroscopie - De hieros, sacré; ou uçov, victime; et skopéô, examiner.
Science des aruspices (haruspices) ou autrement dit, divination par l'inspection des choses qu'on avait offert aux dieux, et par la démarche des animaux qu'on allait sacrifier. Synonyme d'extipiscine. Voir haruspicine.

Hippomancie - Du grec hippos, cheval.
Divination par le cheval, d'après leurs mouvements, leurs frémissements, leurs ébrouements, leurs hennissements, leurs marques de sabots laissées sous leurs pas et particulièrement en observant leur démarche lors de parades. Les Celtes formaient leurs pronostics sur les mouvements, le hennissement et le trémoussement de certains chevaux blancs ou de couleur claire, laissés en liberté et nourris aux dépens du public dans des forêts consacrées, où ils n'avaient d'autre couvert que les arbres.

De leur côté les allemands antiques gardaient leurs chevaux sacrés dans leurs temples. Une façon de deviner consistait à les faire marcher alors qu'ils étaient attelés au char sacré. Le prêtre et le roi ou chef du cankon observaient tous leurs mouvements, et en tiraient des augures auxquels ils donnaient une ferme confiance, persuadés que ces animaux étaient confidents du secret des dieux, tandis qu'ils n'étaient eux-mêmes que leurs ministres. Les Saxons lisaient aussi des pronostics d'un cheval sacré, nourri dans le temple de leurs dieux, et qu'ils en faisaient sortir avant de déclarer la guerre à leurs ennemis.

Pendant la guerre, il était de mauvais présage si l'un des chevaux enjambait un seuil avec sa patte de devant, du côté gauche; et dans ces cas, la bataille était annulée avant même de commencer. Puis lorsqu'un hippomancien désirait connaître la volonté des dieux, il disposait des lances sur le terrain; il conduisait ensuite un cheval sacré jusqu'aux lances et regardait pour voir si en marchant, ses sabots les touchait, ou s'il se servait de son pied droit ou de son pied gauche pour les enjamber. On évaluait même la quantité de poussière produite par leurs mouvements. Outre les Grecs, les Perses et les Germains, les Tziganes pratiquaient aussi cette technique divinatoire en formulant mentalement une question à leur cheval, qui répondait par un geste de la queue, des jambes, ou en hennissant.

Hiroscopie - Du latin iros, furieux.
Divination par la démarche des animaux qu'on allait sacrifier. Voir haruspicine.

Horoscopie - Du latin hora, heure; et skopein, examiner.
Divination par l'examen des astres au moment de la naissance. On y relève des points d'application des influences sidérales qui selon les astres, régissent la vie d'un individu.

Hydatoscopie - Du grec hydatos, aqueux; du latin hydato, eau de pluie; et skopein, examiner.
Divination par l'interprétation de l'eau de pluie. Des présages sont tirées de diverses formations de tailles et de flaques d'eau. Des bols d'eau de pluie sont aussi examinés jusqu'à ce que le clairvoyant obtienne des visions apparaissant sur la surface de l'eau, ou dans le troisième oeil. Cette mancie est considérée dans certains cas comme étant plus important que l'hydromancie: parce que la pluie est tombée du ciel, ce qui la rend en quelque sorte, sacrée. Cette mancie est aussi utilisée pour tenter de prévoir les tempêtes. Voir hydromancie (avec l'eau), pégomancie (avec l'eau des sources).

Hydatoscopie - Voir hydromancie.

Hydromancie ou hydatoscopie - Du grec hydôr, eau.
Divination réalisée au moyen de l’eau et particulièrement, aux temps anciens, par l'entremise de l'eau qui servait à faire cuire les victimes. On compte plusieurs sortes d'hydromancie, mais elles ont toutes rapport soit à la couleur, soit à l'agitation, soit au bruit de l'eau. C'est un type de divination connue des peuples dès la haute Antiquité, qui prend diverses formes; telles par exemple la divination par les sources (pêgomanteia), ou la divination par le bassin (lekanomanteia). Par exemple, un voyageur grec du IIe siècle nommé Pausanias, décrit une fontaine dans laquelle on jetait pains. Si les dieux acceptaient les pains, ceux-ci coulaient dans l'eau, ce qui signifie la bonne fortune; sinon, la malchance était à prévoir.

L'hydromancie c'est aussi la divination par l'examen de certains objets plongés dans l'eau, ou lorsqu'ils sont sortis de l'eau; comme par exemple le marc de café ou les feuilles de thé. Par ailleurs on utilise souvent le terme “hydatoscopie”, si l'eau de pluie est utilisée; et le terme “pégomancie”, ou divination par les fontaines, si l'on utilise l'eau de source. Les Perses notamment scrutaient la forme que prenaient des gouttes d’huile versées sur l’eau contenue dans un vase ou dans une coupe. Et selon l’aspect des petites taches d’huile formant des bulles, les prêtres en tiraient des présages et ainsi, par exemple, un grand rond et un petit rond pouvaient annoncer la naissance d’un garçon. Une pluie de poudre — de la farine, par exemple — remplaçait parfois l’huile.

L’interprétation hydromantique pouvait aussi porter sur la forme des taches d’eau et des flaques, la couleur de l’eau, ou le mélange de liquides de couleurs différentes. Une simple coupe de cristal remplie d’eau, qu'on scrute en se concentrant, pouvait être utilisée comme support de voyance; mais dans ce cas on parle plutôt de catoptromancie. Voir aussi gastromancie et pégéomancie.

Voici une méthode symple pour faire de la divination avec de l'eau (hydromancie). Utile pour demandez une réponse à une question simple (Oui/non). Il s'agit de laisser tomber une pierre dans l'eau puis de compter les ondulations. Si c'est pair (ex: 2, 4, 6, 8, etc), cela signifie OUI. Si c'est impair (1, 3, 5, 7, etc), cela signifie NON. Les ingrédients suivants sont nécessaires pour deviner via l'hydromancie: une pierre; un bol d'eau; un peu de patience et de concentration.

Hydroscopie - Du grec hydôr, eau; et skopêô, regarder.
Divination qui consiste à “sentir” les émanations des eaux souterraines, et de les deviner.

Hyomancie - De l'ancient grec osteon hyoeides, os hyoïde (en référence à l'os hyoïde, qui part de la racine de la langue au larynx).
Divination par les “os de la langue”, en interprétant comment on remue la langue.

Hypnomancie - Du grec hypnos, sommeil.
Divination par l'interprétation des rêves pendant le sommeil. Le psychiatre Sigmund Freud introduit ce type de lecture dans la psychiatrie, et cette technique est encore usitée aujourd'hui.

Tirages A La Carte (€ $)
Tirages exclusifs
à Unicorne!
CARTOMANCIE
Historique
Interprétation
Méthodes
Grimoire Divination
divination
Mancies et Arts divinatoires
Consultez notre
ABC des Arts Divinatoires et des Mancies!
Tirages Du Jour
Tarots :: Cartes
Runes :: Dominos
Mahjong

Consultez notre dossier exhaustif sur la divination par les cartes!
Histoire de la Cartomancie et des Cartes à Jouer en Occident, du Xe au XVe siècle


♥ Articles by Lou | Arts divinatoires Unicorne