Le portail divination et voyance | Unicorne.comARTS DIVINATOIRES UNICORNE
Unicorne > Grimoire > C1
Lettre C #1 - Grimoire des Mancies et des Arts divinatoires
Guide divination et pratiques divinatoires pour obtenir un oracle
 
Arts Divinatoires
C #1 • GRIMOIRE Mancies, Arts divinatoires et Magie
Prédire soi-même son avenir via les pratiques divinatoires...
De notre grimoire divinatoire voici la lettre « C », page 1. Venez y découvrir la divination par la cire, les cartes à jouer, le marc de café, le jet d'objets tels les dés à jouer ou le jet de baguettes, les paroles prononcées, la clavicule ou par une clef suspendue, etc.
Unicorne
Unicorne Stars

Des questions côté Amour, Argent, Travail, Santé, Souci?   
... Arts divinatoires   Tirage Gratuit   Tarot Divinatoire   
Tarot de Marseille   Cartomancie Gratuite   Tirage du Jour   
Astrologie   Voyance  Tirage en ligne    Tirage A La Carte ...   




Grimoire des Mancies
Page Suivante...

C
Lettre C #2
Codonomancie, cokkygomancie, cométomancie, conchyomancie, copromancie, coracomancie, coronomancie, coscinomancie, coskinomancie, cosquinomancie, cosnomancie, craninomancie, cépiialomancie, cravatomancie, cristallomancie, crystallomancie, crithomancie, critomancie, crommyomancie, cromniomancie, cryptomancie, cubomancie, cyamomancie, cybermancie, cyathomancie, cylicomancie, cyclomancie, cynomancie



Tirages A La Carte
Des Tirages Divinatoires Exclusifs à Unicorne!
TAROT DE MARSEILLE
Tirage de tarot
Coupe
Diamant
Tirage de tarot
Croix
Celtique
Tirage de tarot
Fer à
Cheval
Tirage de tarot
Croisée
Chemins
Tirage de tarot
Roue
Astro
Tirage de tarot
Meilleur
Choix
Tirage de tarot
Quête
Vérité
Tirage de tarot
Tirage
en Croix
Tirage de tarot
Tirage
Relation



Tirages & Textes
x


Tirages Du Jour
Des Tirages Divinatoires Quotidiens et Gratuits!
tirage de tarots
Tarots
tirage de cartes
Cartes
tirage de runes
Runes
tirage de dominos
Dominos
star tirages du jourtirage de mahjong
Mahjong



 


Apprendre à Lire les Feuilles de Thé
Consultez notre Guide pour apprendre à faire la Lecture des Feuilles de Thé... Une mancie amusante et surpre­nan­te appelée thédomancie ou tasséomancie.
feuilles de thé



A   B   C1   C2   D   E   F   G   H   I-J   K   L   M   N   O   P   Q   R   S   T   U   V-W-X-Y   Z   |   FEUILLES de THÉ

C #1

Cabbale - De l'hébreu, qabalah, “de recevoir, d'accepter”. Ou Kabbale, ou Qabale. Voir Qabale.

Cafédomancie ou caféomancie - Emprunté au turc qahve; emprunté à l'arabe qahwa (caoua); via l'italien sous les formes caveé et caffè; puis du français caffé, caphé, café.
Divination par le marc de café qui consiste à analyser la forme des traces qu'il laisse. Le procédé consiste à placer du marc de café sur une assiette ou une soucoupe; et après le dessèchement complet de celui-ci, à interpréter les figures laissées sur cette surface plane (voir plus détails et symbolisme à l'item Tasséomancie). Au Moyen-Age, on parlait aussi de divination météorologique, puisque l'on pouvait prédire le beau temps ou la pluie suivant que 1'écume se tient au centre ou va vers les bords de la tasse. Voir tasséomancie.

Caféomancie - Voir cafédomancie.

Vases
Vases Canope — © GuideEgypte.com

Canomancie - Du latin canopus, dérivé du mot canope; ville de Canope dans la basse Égypte à l'embouchure du Nil, du nom dit-on du dieu égyptien Canope.
Divination établie grace à la réfraction des flammes de bougies sur des vases, en l'occurence sur des “vases canopes”. Dans la ville et la région de Canope, l'on utilisait ces “vases canopes”, fabriqués en calcaire ou en terre cuite; ou en céramique, en faïence ou en albâtre. Ces vases étaient en réalité des vases à filtrer qui étaient percés d'une infinité de petits trous imperceptibles; vases par lesquels on faisait purifier l'eau du Nil pour la boire. Et, de la surface de ce vase, sortait une tête d'homme ou de femme. Une canope se décrit aussi comme une sorte de vase usité chez les anciens Égyptiens pour recevoir les viscères embaumés d'un défunt ou les entrailles des momies.

Une légende raconte qu'à une époque située dans l'Antiquité, les Chaldéens qui adoraient le feu, avaient porté leur dieu dans plusieurs contrées; et pour éprouver la puissance de leur dieu sur les autres divinités, ce dieu du feu remporta la victoire sur tous ceux de bronze, d'or, d'argent, de bois, ou de quelqu'autre matière qu'ils fussent fabriqués. II les réduisit en poudre, et son culte s'établit presque partout sauf chez les égyptiens. C'est qu'en Égypte, par l'entremise de ces vases, les prêtres de Canope réussirent à trouver le moyen de donner à leur dieu la supériorité sur le dieu du feu des Chaldéens. Ainsi, pour affirmer encore une fois la supériorité de leur dieu, les Chaldéens qui étaient alors arrivés en Egypte, allumèrent du feu auprès de ce vase; dans l'espoir qu'au bout du compte, le feu dissiperait aisément toute l'eau que ces vases contenaient. Toutefois, un prêtre de Canope avoit eu l'idée lumineuse de boucher les petits trous du vase avec de la cire, de manière que l'ardeur du feu ayant fait fondre la cire, l'eau puisse s'écouler de tous cotés; et ce faisant, en éteignant le feu, l'eau ainsi répandue des vases fit triompher le dieu des eaux sur le dieu du feu. Les Égyptiens avaient alors leur victoire sur les Chaldéens. D'où la mancie, nommée canomancie.

Capnomancie ou kapnomancie - Du grec kapno ou capnos, fumée.
Divination par la fumée d'un autel ou de l'encens du sacrifice. Les anciens en faisaient souvent usage et pour ce faire, on brûlait des plantes sacrées puis on observait la fumée de ce feu, les figures et la direction qu'elle prenait, pour en tirer des présages. On lisait aussi les odeurs, les couleurs et les sons crépitants. On observait aussi les tourbillons de la fumée; ainsi, une fumée perpendiculaire, oblique ou rampante, en rayon ou en flocons, blanche ou noire, retombante ou remontante, ou bien disparaissant dans les profondeurs des cieux, chaque type de fumée avait sa signification. Par ailleurs, on distinguait principalement deux sortes de capnomancie. L'une se pratiquait en jetant sur des charbons ardents des graines oléagineuses ou autres telles des grains de jasmin, de pavot, de la verveine, du hashish, du chanvre Indien (Cannabis Indica) ou d'autres plantes sacrées parfois mélangées avec de l'encens; et l'on observait et interprétait la fumée qui était ainsi produite. Si la fumée était mince et montait en ligne droite au lieu d'être soufflée en arrière par la brise, ou qu'elle s'étendait sur l'autel, l'augure était bon. L'autre méthode, la plus usitée chez les anciens Grecs, consistait à à examiner l'aspect et l'odeur des fumées qui se dégageaient de la combustion des viscères d'animaux sacrifiés. Il s'agissait d'un bon augure si la fumée qui s'élevait de l'autel était légère, non épaisse, et qu'elle montait droit en haut et sans s'éparpiller autour de l'autel. Les devins respiraient aussi cette fumée, puisqu'on pensait qu'elle donnait des inspirations et prédisposait à la réception de révélations. De nos jours, on pratique cette mancie en jetant des végétaux et plantes sacrées ou nobles dans les flammes d'un brasier, en interprétant les volutes de fumée dans l'air de même que leur couleur. On peut donc brûler du jasmin, de la verveine, du laurier, de l'olivier, du romarin, de la lavande, ou une poignée de graines de sésame ou de pavot. Pour interpréter les présages, disons que si la fumée est claire, la réponse est positive. Mais si elle est foncée ou hésitante, le pronostic ou l'issue est mauvaise. Voir pyromancie.

Caromancie - Du grec karos, engourdissement.
Divination au cours de laquelle le devin est plongé en état de létargie ou de semi-sommeil naturel ou hypnotique. Pour susciter la divination, on utilise un miroir pour provoquer un phénomène d’autohypnose: ce qui permet ainsi d'obtenir des réponses.

Carromancie - Du grec carro, ciré.
Une forme de divination avec la cire. Voir kéromancie (céromancie).

Cartomancie - Du grec khartes, “strate de papyrus”; du latin charta, “papier, carte“.
Divination avec les cartes à jouer, utilisées comme support de voyance. Cette méthode comprend les cartes à jouer modernes, les cartes du Tarot divinatoire, et même les cartes de divination spécialement conçues à cet effet. La cartomancie est utilisée pour faire des pronostics sur le futur et même, pour prédire l'avenir; mais aussi pour procurer une certaine guidance, ou pour révéler des traits de personnalité. En Occident, les gitans européens ont largement pratiqué la cartomancie dès les années 1300 et suivantes. Lorsqu'on utilise des cartes à jouer, les cœurs indiquent la bonne fortune en amour et en affaires; les trèfles indiquent le succès des situations financières; les carreaux indiquent les influences extérieures aux personnes; et les piques sont des avertissements quant à la présence de difficultés imprévues.

Castronomancie - Du latin castro, filtrer, tamiser, élaguer.
Divination qui s'effectue au moyen d'un verre d'eau. On pratiquait jadis cette divination en prononçant certaines paroles entre les dents au-dessus d'un verre plein d'eau, et avec une bougie allumée.

Catoptromancie ou catotromancie, catoxtromancie, cattobomancie, catoptomancie - Du grec katoptron, miroir.
Divination par la contemplation d'un miroir souvent en métal poli (cuivre, bronze, fer, argent, or), ou via la surface de l'eau ou de toute autre surface réfléchissante. Mancie pratiquée depuis la plus haute antiquité en Grèce particulièrement. Ainsi, dans une fontaine, les Grecs plaçaient un miroir en métal sous la surface de l'eau, ou le tenaient entre leurs mains, et en interprétaient les réflexions. Des prédictions ont également été faites en utilisant un verre qui était suspendu au-dessus d'un puits sacré; alors que les reflets sur la vitre étaient réputés révéler les secrets cachés dans l'eau. Une autre façon de procéder consistait à interpréter les présages et à deviner en se basant sur l'observation d'un visage lorsqu'il apparaît dans le miroir, alors que le miroir est submergé sous l'eau. Soulignons toutefois que les visions obtenues par ces procédés sont souvent de nature onirique (comme un rêve), hypnotique ou hallucinatoire: puisque générées par l'ambiance particulière et les rituels comportant souvent une semi-obscurité, ou une longue période de concentration parfois précédée de jeûnes, ou l'emploi de fumigation pouvant être hallucinogène. L'on disait même qu'en opérant dans une salle obscure, un sorcier questionneur peut invoquer le diable qui bientôt apparaît et fait voir le passé et le futur sur le miroir, éclairé de flambeaux. Cette mancie est voisine de la caromancie (du grec karos, engourdissement) qui utilise le miroir pour provoquer un phénomène d’autohypnose; ainsi que de la crystallomancie: ne mancie qui utilise des miroirs ou des lentilles.

Cattabomancie - De l'ancien grec, kottabos; un jeu divinatoire.
Divination par l'utilisation de vaisseaux (vases, vaisselle, etc) d'airain (cuivre, étain, bronze, laiton, etc), via l'ancien jeu divinatoire grecque de kottabos. Le jeu origine de Sicile, mais il est devenu populaire chez les jeunes hommes à Athènes. La méthode la plus simple de deviner consistait à faire cet exercice: chacun jetait le vin laissé dans sa coupe, afin de frapper vivement dans un bassin métallique — le plus souvent en laiton: un métal dont on croyait qu'il possédait le pouvoir surnaturel pour repousser les démons et les mauvais esprits —, en invoquant en même temps le nom de sa maîtresse; si tous les restes de vin tombaient dans le bassin et que le son était clair, c'était un signe qu'il était bien avec elle. Une autre façon de faire était d'usiliser du liquide — encre, huile, eau parfumée ou un autre liquide — et de le verser dans le récipient de métal. Après que les prières spéciales et les incantations sont récitées, le devin ou la devineresse regarde fixement dans le liquide, sans ciller, jusqu'à ce qu'il ou elle entre dans un état de transe et soit en mesure d'expérimenter des visions prophétiques. Puis, une autre méthode consiste à placer une plaque de cuivre sur un autel consacré à minuit, tandis que le devin se renseigne sur les informations qu'on souhaite connaître. Et semble-t-il qu'à l'aube, la ou les réponses à ces enquêtes étaient écrites dans la rosée sur la plaque, probablement dans une langue mystique ou avec des symboles qui n'étaient facilement compris que par le devin. Voir aussi cyathomancie.

Causimomancie ou causinomancie - Du grec kausimos, “en train de brûler”; dérivé de kausis: brûlure, chaleur brûlante.
Divination par la combustion d'objets. L'observation des objets qui brûlent dans le feu inspirait aux anciens des présages. Ainsi, dans l’Antiquité, l'on considérait que les objets qui ne s’enflammaient pas au contact du feu dans lequel on les jetait, étaient de bon augure. Toutefois, les flammes étaient de mauvais présages. Mancie quasi-synonyme de pyromancie.

Céphalomancie ou céphalaiomancie ou céphaleonomancie - Voir képhalaiomancie.

Cépiialomancie - Voir craninomancie.

Céraumancie - Voir kéromancie.

Céraunoscomancie ou céraunoscopie - Du grec keraunos, tonnerre.
Divination par l'examen des phénomènes de l'air, en général mais surtout par le tonnerre et les éclairs. Voir kéraunomancie.

Céromancie - Voir kéromancie.

Chalcomancie - De l'ancien grec chalkos, cuivre.
Divination obtenue par l'interprétation des sons qu'on entend en frappant des récipients en cuivre ou en laiton, comme on le faisait avec les vases d'airin à l'Oracle de Dodone.

Chaomancie - Du grec chaos, atmosphère.
Divination ou présage, par les visions aériennes, soit par l'observation et l'interprétation des principes physiques sur lesquels repose la théorie du chaos. On devinait par l'observation des nuages et des arcs-en-ciel, des apparitions d'objets volants, des visions aériennes et des comètes. C'est une branche de l'aéromancie, qui fut surtout utilisée par les alchimistes du Moyen-Age et de la Renaissance. Voir un exemple du document “Le Livre de L'Arc-en-Ciel” écrit par l'Empereur Leon le Sage (Source: Les Livres de Divination Traduits sur un Manuscrit Turc Inédit, traduit par Jean Nicolaides (1889), sur “The Ancient Library”.

Chartomancie - De l'ancien grec chartes, feuille de papier.
Divination obtenue en interprétant les écritures inscrites sur du papier, des cartes, dans les œuvres littéraires ou musicales, dans les lettres, dans les papiers officiels, dans les manuscrits et documents, etc; desquelles on tirait des présages. Une façon de pratiquer cette mancie consistait en la coutume de “choisir son Valentin”, en écrivant les noms d'un groupe de garçons et de filles sur les pièces de papier et les choisissant au hasard. Notons que la cartomancie, et la taromancie, sont une branche de la chartomancie; qui tire elle-même son origine de la bibliomancie.

Chasmimancie - Du latin chasma, “gouffre béant, ouverture”.
Divination par les baillements.

Chéléniomancie ou chéloniomancie - Du latin chelyon, écaille ou carapace de tortue.
Divination par les écailles de tortues, pratiqué dans la Chine ancienne et aussi appelé (traduction libre) “os Oracle” ou “Os de Dragon” ou “Os de Tortue à tête de Dragon”. En Chine, la tortue est considérée comme une image de l’univers, compte-tenu de sa grande longévité. Et pour cette mancie, on utilise aussi sa carapace, qui est carrée à la base tout en étant ronde au sommet; alors que pour les Chinois, le carré est le symbole du monde céleste. Ainsi pour deviner et faire des pronostics, les devins soumettaient une carapace de tortue à l’action du feu, ce qui faisait apparaître des fissures dans l’écaille. Les devins Chinois ont ainsi codifié trois cent-soixante types de fissures, décrivant ainsi « le total des circonstances de temps et de lieu qui conditionnent les travaux des devins ainsi, du reste, que l’œuvre du Fils du Ciel dans la Maison du calendrier ». Voir aussi scapulomancie et plastromancie.

Cheromancie - Divination inexistante, puisqu'elle est en réalité la cléromancie; soit l'art de deviner avec les sorts, par le jet d'objets divers tels les dés.
La confusion relative à la chéromancie (aucune source éthymologique, même si largement diffusée) VS la cléromancie, vient d'une rerrreur de transcription dans le dictionnaire Urquhart, pour cléromancie. Mais les citations de 1951 et 1955 ainsi que les éditions ultérieures de l'Urquhart sont corrigées: et maintenant, les traductions de Rabelais suivent le texte français (la fève dans la galette des rois) et font référence à cléromancie.

Chresmomancie - Du grec khresmos, énoncé ou prophétie.
Divination par l'étude des paroles, des cris et des sons émis par une personne qui se trouve dans un état de frénésie ou qui est en transe... alors que d'aucuns parlent des divagations d'un dément. Cette mancie date du temps des Oracle de Delphes, en Grèce; et selon Hérodote, l'état de transe était induit à partir de gaz naturel qui fuit entre les rochers, et que les devins respiraient. Il s'agissait d'un un état de frénésie divine, pour d'obtenir des informations auprès des dieux afin qu'ils puissent faire une déclaration oraculaire. Toutefois, de nos jours, on parle d'une méthode de divination par des informations de “canalisation” (channeling) provenant d'une entité surnaturelle. Le chrémonancien parle soi-disant avec les mots de l'entité. Originant des augures romains, cette mancie est populaire grâce aux célèbres channelers “Nouvel Âge” tels le médium John Edward ou Lisa Williams, médium et clairvoyante, par exemple.

Chirognomancie - Du grec kheir, main; et gnomon, connaissance.
Divination du caractère d'une personne à partir de la forme et de l’aspect de sa main.

Chirognomonie - Voir chirognomancie.

Chiromancie ou cheiromantie - De l'ancien grec kheir, main; ou du grec kheiromanteia, divination par la main.
Divination par l'étude par les lignes et les monticules sur la main, en relation avec l'astrologie. La chiromancie, nommée parfois morphoscopie astrologique, est une pratique dite divinatoire qui permet d'interpréter les signes, et les lignes contenus dans nos mains afin de prédire l'avenir. La chiromancie étant connue depuis la haute Antiquité, elle fut usitée par les Egyptiens, Babyloniens, Hébreux, Chinois et autres peuples, pour sonder l'inconnu. Avec ses monts — du Soleil, de Mercure, de la lune, de Mars, de Jupiter, de Vénus, etc —, ses signes et ses lignes — de tête, de chance, de cœur, d’intuition, etc —, la paume de la main offre un riche terroir parsemé de clés symboliques, que les chiromanciens interprètent pour rendre leurs pronostics. En ces temps anciens, l'astrologie avait d'ailleurs pénétré la plupart des méthodes divinatoires. Et en ce qui concerne la chiromancie, on avait réparti les influences des planètes et du zodiaque entre les divers organes du corps humain; devenu pour la circonstance, un “microcosme”. Son étude supportait donc à la fois la médecine astrologique et la divination. Considérée comme étant une “carte routière” qui représentait le corps dans son entier, on en tirait aisément des pronostics grâce à l'influence du monde des astres. Furent donc créées d'autres mancies, dont la chiroscopie — ou chiromancie astrologique —; puis la morphoscopie (morphoskopia) — ou physiognomonie (physiognômonia) —, qui par l'examen du corps déduisait sur le caractère et le tempérament, et de là sur la destinée d'une personne. Ainsi selon une convention donnée, chaque mont ou éminence avait son sens; puis chaque ligne et chaque signe aussi. Par l'appréciation de la profondeur, la couleur, la longueur, les intersections et la continuité ou la brisure des lignes, le chiromancien disposait de données suffisantes pour deviner les détails et particularités de chaque destinée qu'il lui était donné d'interpréter. Sciences reliées, la chirologie est l'étude des tendances mentales, physiques ou psychiques d'un individu en fonction de la forme de ses mains, mais aussi de ses plis; tandis que la chirognomonie est identique à la chirologie, c'est à dire qu'elle permet de déceler les tendances physiques, psychiques ou mentales d'une personne en fonction de la forme de ses mains.

Chitonomancie - Du grec ki-ton ou chiton, vêtement.
Divination par la façon de s'habiller ou par l'habillement d'une personne; et particulièrement, la manière dont elle porte sa chemise. Ainsi chez les Grecs, dans l'Antiquité, le chiton était un vêtement qui se portait en dessous, tant pour les hommes que pour les femmes. Et plus tard, le chiton fut le terme adopté pour désigner une chemise de laine, ordinairement sans manches, avec des boucles pour la fixer aux épaules.

Choeromancie ou choeromantie, choiramancie - Du grec choiros, petit cochon.
Divination par les pourceaux, et notamment par une vessie de porc encore pleine dont on étranglait l'ouverture naturelle par un cordon de laine, avant de la jeter sur les braises. Une pratique divinatoire qui semble s'etre éteinte. Rabelais y fait allusion (Oeuvres de Rabelais, 1823) par cette citation: « Par choeromantie (divination par les pourceaux): ayons force pourceaulx, tu en auras la vessie. » — Et de son côté, dans son Archaeologia Graeca, Potter mentionne: « Sometimes, when the entrails foretold nothing certain by dissection, the priest made observations from them in a fire: in order hereto he took the bladder, and binding the neck of it with wool (for which reason Sophocles calls the bladders mallodetous kysteis), put it into the fire, to observe in what place it would break, and which way it would dart the urine. » — Ce qui donne, traduit en français: « Parfois, quand les entrailles n'ont prédit rien de certain par la dissection, le prêtre faisait des observations des entrailles dans un feu: pour ce faire il prenait la vessie et attachait le cou de celle-ci avec de la laine (c'est pour cette raison que Sophocles appelle les vessies “mallodetous kysteis”), la mettait dans le feu, pour observer en quel endroit elle se romprait, et de quel côté en sortirait l'urine. »

Chresmologie ou divination par enthousiasme - Du grec chrêsmologia, mantikê entheos, enthousiastikê.
Divination par la révélation chresmologique. Une mancie qui origine avant même les temps de l'oracle de Delphes, qui peut se résumer au concept de “voix prophétique” provenant d'une devineresse prise d'un délire qui s'emparait soudain d'elle, puisque dit-on elle aurait été “possédée” par les “esprits de la Nature”; ce qui lui donnait une illumination soudaine lui permettait de proférer des paroles ominales (présages, prophéties). Assimilé de nos jours à des fantaisies délirantes.

Chromatomancie - Du grec khroma, intensité de couleur.
Divination par les couleurs.

Chronomancie ou chromomantique - Du grec chrono, temps.
Divination par le temps et les phénomènes temporels divers. Cette mancie vise à déterminer le moment précis qui est favorable à une action. Une ancienne mancie, pratiquée surtout en Chine.

Ciromancie - Voir kéromancie.

Cladobolie - De l'ancien grec clado, branche d'arbre.
Divination obtenue par le jet de baguettes marquées de symboles. Pour deviner l'avenir par les sorts via le jet de baguettes, les Mages de la Médie (pays de l'Iran ancien, voisin des Perses) employaient les baguettes de tamarisque, soit par le jet de bâtonnets en bois de tamarisque; tel que cité au rapport de Dinon de Colophon, un historien grec du IVe siècle av. J.-C.. Cette divination formait une partie essentielle de leur office sacré; à tel point que le bareçma — le barsom des Parsis d'aujourd'hui —, ce faisceau des baguettes qu'ils utilisaient pour consulter le destin, était l'un de leurs insignes caractéristiques: qu'ils introduisirent même dans le mazdéisme (religion polythéiste des indo-européens de l'Iran du IIe au Ier millénaire av. J.-C.). Il utilisaient d'ailleurs ces baguettes pour connaître l'avenir, à-peu-près de la même façon que ceux qui pratiquaient la bélomancie: ou l'art de deviner par les flèches marquées ou par le jet de flèches. Voir bélomancie, achilléomancie.

Clairaudience - Du latin clarus, clair; du latin audire, entendre (écouter).
Divination par la faculté d’audition paranormale. C'est l'“audition claire” d'informations divinatoires par la perception extrasensorielle, sous la forme d'impressions auditives. Un phénomène parfois confondu avec la schizophrénie ou avec la télépathie.

Clairsentience - Du latin clarus, clair; du latin sentire, percevoir (sentir).
Divination par la faculté de perception extra-sensorielle, soit par la voie prophétique (précognition) ou par celle des ressentis (feelings et intuitions). C'est le “ressenti clair” d'informations divinatoires reçues en touchant une personne ou un objet. Par la palpation d'un objet ou d'une personne, cette méthode ferait surgir des impressions concernant l'histoire de l'objet ou de son propriétaire, ou l'histoire de la personne touchée (constitution physique, état de santé, personnalité, traits de caractère, etc). Un terme également connu sous le vocable de psychométrie.

Clairvoyance - Du latin clarus, clair; du latin veance, vue.
Divination par la faculté de percevoir des informations relatives à des objets ou à des personnes, autrement que par l'intermédiaire des cinq sens. C'est la “vision claire” d'informations divinatoires par la perception extrasensorielle, la vision spirituelle ou la vision intérieure; et sous la forme d'une représentation visuelle mais parfois aussi auditive, kinesthésique ou intuitive. Ce qu'on appelle parfois aussi la faculté de “seconde vue”, qui permet de “voir” et de “savoir” au-delà des sens physiques.

Claviculomancie - De l'ancien grec cleido, clef ou clavicule; du latin clavicula, petite clef (ou petit OS en forme de S et qui ferme le sternum).
Divination par la clavicule, soit par la rupture d'un bréchet de poulet (wishbone); soit, l'os en forme de Y et situé dans la poitrine de poulet. Voir aussi sternomancie.

Clédonismancie ou clédonismantie, clédonisme - Dérivé du grec antique clédón, voix publique.
Divination par les paroles, en provenance de lieux publics. On réfère aussi à kledonisma, signe ou présage. En fait, on devine par les premières paroles prononcées lorsqu'on rencontre des gens ou des amis, après les salutations. On tire de bons ou de mauvais présages de certains mots prononcés sans préméditation, lors de la rencontre d'une autre personne ou d'autres personnes; ou lorsque des personnes se réunissent, peu importe la façon ou la circonstance. Le présage est donc contenu dans ces mots, et la réponse à nos préoccupations est donnée par ces premiers mots entendus. Cette mancie prend source dans la Grèce antique, et alors que Cicéron disait que les pythagoriciens furent très attentifs à ces présages. Puis selon Pausanias, la clédonismancie était la méthode préférée de divination à Smyrne, où les oracles d'Apollon ont été ainsi interprétés. Puis en Orient, cette mancie consistait à donner certaines interprétations à des mots ou à des phrases prononcés avec des intonnations diverses, ou d'une certaine façon. Cette mancie est quasi synonyme de clédonomancie.

Clédonomancie ou klédonomancie - Du grec ancien kledon ou clédon, présage et exclamation (dans le sens de voix publique).
Divination par des mots happés aux individus. Cette mancie consiste à deviner par les remarques surprises par hasard, qui constituent un présage contenu dans un mot, un son, une chose vue, une déclaration, un énoncé chanceux, un événement fortuit, etc. Le concept derrière le mot clédôn consiste dans le fait que parfois il y a des gens qui sans s'en douter, sont utilisés par les dieux pour transmettre un message à une personne qui cherche une réponse à ses préoccupations. La clédonomancie est un art divinatoire très ancien qui origine de la Grèce antique, mais elle a encore de nos jours toute son importance. Cette mancie se base en fait sur l'interprétation de toute parole échappée au hasard, sans préméditation, lorsque les gens se rencontrent; et de laquelle la superstition lirait une indication prophétique. Cette parole, formée de mots ou de phrases qui ont échappé à l'individu — celui-ci étant ignorant de nos questionnements et préoccupations —, apparaissait comme étant dictée par la Providence; donc comme un signe dont le sens énigmatique fournissait un moyen de divination, puisqu'elle semblait ne pas venir de la volonté humaine. On prenait donc cette parole pour une voix divine qui donnait une indication ou un renseignement, et qui se faisait entendre par la bouche de celui qui la prononçait sans y penser, ou instinctivement. Par ailleurs, la clédonomancie était particulièrement concernée par le sens étymologique des mots, surtout des noms; chose pour laquelle les anciens Grecs ont toujours affiché un intérêt marqué. Dautres “incidents fortuits” pouvaient aussi servir aux fins de la clédonomancie et être interprétés comme des présages de l'avenir. Par exemple, des mots prononcés instinctivement et auxquels parce qu'entendus, on prêtait un caractère fatidique ou bénéfique. L'éternuement, ainsi que les paroles échappées au hasard, de même que le clédonisme sans parole sous forme d'acte ou de geste symbolique — par exemple, quelqu'un a grand soif, et une autre personne arrive “par hasard” en offrant un verre d'eau —, pouvaient fournir un pronostic, un augure, une prédiction, un oracle clédonique; et l'observation de pareils signes peut être rattachée à la clédonomancie et nous révéler l'avenir. De nos jours, la clédonomancie peut apporter des réponses à ceux qui cherchent par divers moyens plus modernes. Par exemple, en obtenant un message qui nous éclaire lorsqu'on capte, par hasard, un bout de conversation entre deux personnes; ou lorsqu'en jasant avec quelqu'un, qui n'est pas informé de nos préoccupations, cette personne sans le savoir répond à notre questionnement; ce peut être aussi le fait de voir un titre du journal ou un panneau d'affichage, qui nous donne une réponse; ou par le fait d'entendre une certaine chanson à la radio ou d'arriver par hasard sur une quelconque émission à la télévision; ou encore, la première parole qu'on entend prononcer au réveil, ou lors d'un appel téléphonique; etc. Voir aussi un quasi synonyme, clédonismancie.

Clef

Cléidomancie (cléïdomancie) ou clidomancie, cleidonomancie, kléidomancie - De l'ancien grec kleidos ou cleido, clef ou clavicule.
Divination par une clef suspendue, en observant le balancement de pendule. Notons que la clavicule est un os long en forme de “S” allongé, qui va du sternum à l'omoplate. Origine du latin clavicula, “petite clef”, lui-même du latin clavis, clef. Car la clavicule est censée “fermer” le thorax.

Cette mancie consiste à utiliser une clef (ou une clavicule) qui attachée par un fil à une Bible, en tournant ou en ne tournant pas — comme un pendule —, donnait un présage par l'interprétation des mouvements de cette clef (clé). Une version stipule que pour cette divination par la clef, celle-ci est placée sur la première page de l'Évangile de saint Jean; puis on pose sa question pendant qu'un autre lit, et lorsque la clef tourne, on a la réponse à notre question. Cette mancie était pratiquée dans l'Antiquité et au Moyen-Age, surtout; et servait à découvrir l'auteur d’une mauvaise action soit l'auteur d'un vol, d'un meurtre ou de quelqu'autre crime; ou bien le sexe d'un enfant à naître; ou pour découvrir son prochain amoureux(se); etc. Voici donc quelques exemples quant à la façon dont les anciens tiraient présage:

1) Idéalement, la divination par la cléïdomancie devait être pratiquée lorsque selon l'astrologie, le Soleil ou la Lune est en Vierge. On inscrivait le nom de la personne présumée coupable sur un bout de papier, qu'on fixait à la clef. Puis la clef devait être liée à la Bible par une corde ou ficelle, et les deux devraient être placés juste au-dessus et tout près de l'ongle de l'annulaire de la main gauche d'une jeune fille vierge. À ce moment, celle-ci doit réciter doucement et par trois fois, cette petite prière: « Exurge Domine, adjuva nos et redime nos propter nomen sanctum tuum » (ce qui donne en traduction libre: Viens Seigneur, nous aider et nous racheter par ton Saint Nom). Selon que la clef et le livre tourne ou est stationnaire, le nom mentionné doit être considéré comme bon (ne bouge pas - non coupable) ou mauvais (la clef ou le livre tourne - coupable).
2) Une autre méthode de pratiquer la divination avec la Bible et la clef, consiste à placer la clef de la porte qui donne sur la rue (la clef de votre maison), dans la page du cinquantième psaume. On ferme alors le volume, en le fixant très solidement avec la jarretière d'une femme. Le Livre est alors suspendu à un clou, et l'on dit qu'il tournera lorsque le nom du voleur sera mentionné.
3) Une troisième méthode consiste à ce que deux personnes suspendent la Bible entre eux, en tenant l'anneau de la clef — qui elle-même est liée à la Bible par une corde — à l'aide de leurs deux index, en faisant bien sût une pression opposée chacun de leur côté. Les personnes présumées coupable d'un quelconque crime sont alors nommées tout à tour; et si quelqu'un se trouve coupable de quelque vol ou autre crime, la Bible est alors censé tourner à la mention de son nom.
4) Une autre façon de faire s'avérait utile si l'on avait affaire à plusieurs présumés coupables. Pour l'occasion on attachait une clef à la Bible, qu'on installait sur une table en laissant la clef suspendue par un fil. Puis placé devant la Bible, un devin marmonnait tout bas le nom des personnes soupçonnées. Il semble qu'alors l'on voyait soit le papier tourner et se mouvoir sensiblement, soit la clef tournoyer sur elle-même, lorsque le nom du coupable était prononcé.
5) Une autre manière de deviner par la cleidomancie consiste à attacher étroitement une clef sur la première page de l'Évangile de Saint-Jean mais de telle façon que l'anneau de la clef reste en-dehors de la Bible. La personne qui a quelque secret à découvrir par ce moyen, pose le doigt sur l'anneau de la clef, en prononçant tout bas le nom de la personne soupçonnée. S'il est innocent, la clef reste immobile à ce qu'on dit; mais s'il est coupable, la clef tourne et parfois avec une telle violence dit-on, qu'elle peut même rompre la corde la tenait attachée au Livre divin.
6) Les Russes et les Cosaques employaient souvent cette méthode de divination; mais en plaçant la clef en travers et non à plat, de manière que la compression du livre lui fasse faire le quart de tour. Ils souhaitaient ainsi découvrir des trésors cachés; mais croyaient aussi deviner par ce moyen si en leur absence leur famille se porte bien, si leur femme leur reste fidèle, si leur père vit encore, si la maison où ils sont est riche, etc.
7) Puis pour connaître le sexe d'un enfant à naître, à cette époque, on utilisait souvent la divination à partir d'une clef. Donc, le devin devait tenir une clef serrée entre ses deux mains de façon à ce qu'elle soit totalement cachée aux regards: l'anneau de la clef se trouvant au creux d’une main, tandis que l'autre moitié de la clef est au creux de l’autre main. Ensuite on fait frapper du doigt par une future maman l’une des mains afin qu'ainsi elle la désigne. La convention dit que le côté mâle de la clef indique que l’enfant sera du sexe masculin; et que le coté de l’anneau de la clef indique une fille.
8) Par l'entremise de la cléidomancie, il est également possible de découvrir qui doit être son amant(e) ou amoureux(se), au moyen d'une clé fixée dans une Bible ou un autre livre. La personne qui questionne tient le livre, où liée par une corde, une clef y est suspendue. Lorsque le bon nom de la personne qui sera l'élu(e) de son coeur est mentionné, ou lorsque les bonnes lettres de ses initiales sont prononcées, le livre et/ou la clef doivent en principe bouger ou se déplacer dans les mains de la personne qui les tient.
Notons au passage que la pratique supersticieuse de la cléidomancie a quasiment disparu, car elle était d’une fiabilité passablement douteuse. De nos jours, cette mancie est plutôt remplacée par le pendule (radiesthésie, rhabdomancie).

Cléidonomancie - Voir cléidomancie.

Cleptomancie - Du grec kleptes, voleur; ou kleptein, voler secrètement.
Divination permettant de démasquer ou de retrouver des voleurs. Aucunes indications sur le comment faire... un secret bien gardé. :0) — Néanmoins, quelques mancies s'attardent à cette problématique. Voir alectryomancie, axinomancie, cléidomancie, coscinomancie, daphnomancie, képhalonomancie, rhabdomancie.

Clef

Cléromancie - De l'ancien grec kleros (klêromanteia, mantikê dia klêrôn), lot ou sort; soit “ce que le hasard ou la destinée octroie à quelqu'un”.
Divination par loterie, sort, tirage au sort; c'est-à-dire, par le jet de dés ou d'autres petits objets marqués de symboles; ou par des bulletins tirés au sort. C'est donc l'art de dire la bonne aventure par le sort jeté, soit avec des dés, des osselets, des fèves noires ou blanches (kuamobolia), des petits cailloux, des coquillages, des pièces de monnaie, etc. On agitait ces objets dans un vase, et après avoir prié les dieux on les renversait sur une table et l'on prédisait l'avenir d'après leur disposition. Le plus souvent on écrivait sur les osselets ou sur de petites tablettes qu'on mêlait dans une urne — que l'on nommait “urne des sorts” — et ensuite, on faisait tirer un lot par le premier jeune garçon qui se rencontrait; et si l'inscription qui sortait avait du rapport avec ce qu'on voulait savoir, c'était une prophétie certaine. Puisque le résultat fait suite à un mouvement provoqué par l'homme qui lui-même est dirigé par le hasard, le résultat obtenu était considéré comme l'expression immédiate de la volonté divine.

En Grèce, sans nécessairement faire une prière au préalable, on utilisait notamment des cailloux de forme ou de couleurs diverses (lithobolia, psêphomanteia ou psêphobolia, thriobolia), des fèves noires et blanches (kuamobolia), des baguettes marquées d'entailles (rabdomanteia) ou des flèches (belomanteia), des osselets (astragalomanteia) ou des dés (kubomanteia). L'objectif étant, pour une question posée, d'obtenir des dieux — et en particulier d'Hermès, patron et garant de la cléromancie —, une réponse favorable ou défavorable, positive ou négative. Sur une coupe de Douris, on voit des guerriers recourir en présence d'Athéna, probablement Athéna Skiras, à une sorte de «lithobolie» ou consultation cléromantique. En fait, dans l'Antiquité, les Grecs, les Romains et les Égyptiens pratiquaient la divination entre autres avec les fèves. Dans un vase, le devin agitait les fèves et tirait ses oracles d'après leur disposition, une fois le vase renversé. De leur côté, les Grecs retiraient les fèves une à une puis, si la dernière à être retirée du vase était blanche, la réponse à la question posée était affirmative, ou inversement s'il s'agissait d'une fève noire.

À notre époque contemporaine, on tire les fèves aussi pour les questions d'amour; ainsi, une jeune fille qui a plusieurs soupirants inscrit sur des fèves le nom de chacun d'eux, puis les répand à ses pieds; la fève qui est le moins éloignée, désigne l'amoureux le plus fidèle. Un bon example de cléromancie consiste en la fève de la Galette des Rois, une coutume citée par Rabelais (Oeuvres de Rabelais, 1823). La coutume veut qu'un Roi ou qu'une Reine soient choisis durant la nuit du Banquet de l'Epiphanie (c'est-à-dire le 12e jour après Noël) en partageant un gâteau ou une galette dans lequel on y a ajouté une fève cuite. La personne qui reçoit une part de gâteau contenant la fève est en conséquence élue le Roi ou la Reine et doit lancer des ordres au reste de la société pour la soirée. Cette coutume, s'appuyant sur une sélection “aléatoire”, est donc une forme de cléromancie.

Un autre exemple vient de l'ancien système chinois chiao pai, qui est encore pratiqué et qui consiste à lancer de deux blocs courbés de bambou sur le terrain. Si les deux blocs atterrissent avec le côté courbé en haut, la réponse est oui. Si les deux blocs atterrissent avec les côtés plats en haut, la réponse est négative. Et si les blocs atterrissent avec un côté plat et un côté courbé vers le haut, l'avenir est très positif. La divination en jetant des objets existé dans l'Egypte ancienne (avec des dés à huit faces), au Moyen-Age (dés à douze faces), et dans la Rome antique (dés à quatorze faces). Aujourd'hui, les cléromanciens utilisent des dés ordinaires à six faces, pour prédire l'avenir.

Une forme moderne de cléromancie consiste à lancer les dés et à observer les résultats. Tout d'abord, dessiner un cercle de douze pouces de diamètre sur le papier et placez le papier sur une table. Ensuite, penser à une question. Prenez deux dés ordinaires à six faces, secoue-les dans un gobelet, et lancer les dés sur une table. Si les deux dés tombent en dehors du cercle, essayez à nouveau. Si un dé tombe en dehors du cercle, il ne faut pas en tenir compte et prêter attention seulement à celui qui est à l'intérieur du cercle. Attendez une journée avant de poser la même question (voir aussi astragalomancie).
• Les chiffres que vous roulez et les significations de vos jets de dés, sont les suivantes:
1- La réponse à votre question est oui.
2- La réponse à votre question est non.
3- Soyez très prudent pour aborder la situation.
4- Pensez avant d'agir.
5- La bonne fortune arrive bientôt. Excellents résultats.
6- Très favorable. Résultats faciles.
7- Continuez comme vous le faites. Si vous gardez le cap, le résultat sera favorables.
8- Soyez patient. La réponse est oui, dans quelque temps.
9- Succès de l'entreprise.
10- Il peut y avoir de la déception associée à la situation ou à la question.
11- Ce n'est pas possible en ce moment.
12- Les chances de succès sont minces.

Clidomancie - Voir cléidomancie.

Cock-omancie - Divination par le coq. Voir alectryomancie.

(Suite de la lettre C1, en page C2)

Tirages A La Carte (€ $)
Tirages exclusifs
à Unicorne!
CARTOMANCIE
Historique
Interprétation
Méthodes
Grimoire Divination
divination
Mancies et Arts divinatoires
Consultez notre
ABC des Arts Divinatoires et des Mancies!
Tirages Du Jour
Tarots :: Cartes
Runes :: Dominos
Mahjong


♥ Articles by Lou | Arts divinatoires Unicorne